Vous êtes ici : Accueil > Enseignement > Disciplines > Lettres et sciences humaines > Lettres > Français > Littérature et Société > Conférence sur la femme au Liban

Visites

Par : E. Paquet
Publié : 13 décembre 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Conférence sur la femme au Liban

La première vidéo est en format .flv et la deuxième vidéo se lit avec QuickTime.

Mardi après-midi, le groupe de Littérature et Société composé des élèves des 2ndes C, K et L s’est retrouvé en salle Feldman pour accueillir l’association havraise Liban, Culture et Tradition, présidée par Mme Marina Naous , en présence de la trésorière Mme Souad Aïli.

Cette année, dans le cadre d’un travail sur l’autre et l’ailleurs, les élèves ont organisé leur réflexion autour du thème suivant : la place actuelle de la femme dans le monde. La démarche a d’abord consisté en une recherche historique sur le statut de la femme dans le monde et dans l’Histoire. Ensuite, nous avons analysé à travers le roman Le Choeur des femmes de Martin Winckler la place de la femme dans la France contemporaine aussi bien dans l’univers professionnel que dans un cadre intime et familial.A ce sujet, le groupe rencontrera par le biais d’une visioconférence l’écrivain franco- québécois Martin Winckler le 15 janvier prochain. Nous avons élargi l’étude en nous interrogeant sur le statut de la femme dans un pays francophone, le Liban. Les élèves écrivent sur un blog pédagogique franco-libanais, partagé avec les lycéens du lycée Mohamad Saad de Bourj Rahal au Sud Liban.http://blog.ac-rouen.fr/lyc-maupass... Vous y trouverez leurs idées sur la place de la femme dans une société idéale. Par ailleurs, un documentaire a permis de découvrir le Liban : son Histoire, sa géographie, ses coutumes. Le film "Caramel" de Nadine Labaki a levé le voile sur la vie quotidienne de femmes de confessions diverses, de tous âges , à Beyrouth ,à notre époque.Parallèlement, le roman La maison sans racines d’Andrée Chédid , étudié en français en 2nde C ,a permis d’aborder le thème de la vie familiale et quotidienne dans un contexte de guerre civile.Les élèves ont donc préparé un questionnaire à l’intention de l’association libanaise.

Ce fut un moment extrêmement convivial qui a enrichi tout le monde et qui s’est conclu par un goûter libanais, autour de musiques traditionnelles. Nous remercions encore vivement Mmes Naous et Aïli, ainsi que Monsieur le Proviseur qui a permis et encouragé cette belle rencontre culturelle.

Voici un aperçu du contenu de la conférence sur la place de la femme au Liban.

Depuis la princesse Elyssa de Carthage, la femme libanaise s’est toujours battue pour l’égalité des sexes. Les mouvements féministes et ceux des Droits de l’Homme luttent pour améliorer la législation.Pourtant, le Liban adhère à la Charte des Nations unies qui stipule que les hommes sont égaux et ont les mêmes droits. La femme a obtenu le droit de vote au Libvan en 1952, et le droit d’être élue en 1953.En 1974, elle a le droit de circuler librement seule et de voyager.En 1983, une loi annule celle qui punissait la prescription et la vente de contraceptifs.En 1993, la parole de la femme peut enfin être entendue au tribunal, mais dans les faits, elle ne l’est pas toujours...Même si certaines femmes libanaises ont réussi à faire de la politique , à devenir artistes..., elles n’ont toujours pas les mêmes droits que les hommes. Ainsi, une femme travaille 13 heures de plus par semaine qu’un homme à salaire égal. Dans les familles, la naissance d’un garçon réjouit bien plus que celle d’une fille.En politique, la femme est bien moins représentée que l’homme : seulement 3% de femmes siègent au Parlement. C’est nettement moins que dans les autres pays arabes.Entre 20 et 40% des femmes quittent leur travail après le mariage.Une femme ne peut donner la nationalité libanaise à ses enfants.Et pourtant, la Constitution affirme l’égalité de tous les Libanais ! Il reste encore du chemin à parcourir...

Voir en ligne : francophonie libanaise