Visites

Publié : 7 janvier 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Coriolan supplié par sa mère

L’histoire de Coriolan

Caïus Marcius, que la prise de Corioles, ville des Volsques fit surnommer Coriolan, invité par Postumius [1] à choisir les présents que méritaient ses exploits guerriers, ne prit qu’un cheval et un hôte : donnant ainsi le modèle du courage et du respect pour l’hospitalité. Consul à l’époque d’une grande disette, Coriolan eut soin de faire payer fort cher au peuple le blé qu’on avait fait venir de Sicile ; cette injustice avait pour but de forcer la multitude à cultiver les champs, au lieu d’entretenir des séditions. Cité alors en justice par le tribun du peuple Decius, il se retira chez les Volsques, les souleva contre les Romains, de concert avec leur chef Attius Tullus, et vint camper à quatre milles de Rome. Insensible à toutes les députations de ses concitoyens, il se laissa fléchir par Véturie, sa mère, et Volumnie, son épouse, qu’accompagnait un grand nombre de dames romaines ; il termina la guerre, et fut tué comme un traître. À cet endroit, on éleva un temple à la Fortune des femmes.

Attribué à Aurelius Victor (v. 327 - v. 390)

Documents joints

Notes

[1Aulus Postumius Albus Regillensis est un dictateur romain puis consul du Ve siècle av. J.‑C. Aux prix de lourdes pertes, il réussit à battre au lac Régille ses adversaires latins coalisés .

Dans cette rubrique

INFORMATION SUR PRONOTE – TELESERVICES – WIFI, à destination des élèves, en salle Feldman, de 13h00 à 13h20 LUNDI 24 ; JEUDI 27 et VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2018.