Vous êtes ici : Accueil > Enseignement > Disciplines > Lettres et sciences humaines > Lettres > Français > Littérature et Société > Littérature et Société : atelier vitrail en 2nde A et 2nde B

Visites

Par : E. Paquet
Publié : 12 février 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Littérature et Société : atelier vitrail en 2nde A et 2nde B

Dans le cadre du domaine d’exploration "Images et langages", les élèves de seconde A et de seconde B étudient la manière dont une œuvre d’art peut inspirer une création romanesque.
Mme Queval, guide du Patrimoine de Fécamp, nous a conduits à l’église St-Etienne, église des marins, afin d’expliquer la technique de fabrication du vitrail et de montrer les plus belles verrières des lieux.

La fabrication du verre remonte à l’Antiquité à partir de sable, d’algues et de potasse. Pline l’Ancien évoquait déjà le sujet dans Histoire naturelle, livre XXXVI.On en trouve déjà des traces en Mésopotamie ,il y a environ 5000 ans. L’industrie du verre nécessite la proximité d’une forêt comme à Eu dans notre région.
Le premier vitrail date du Xème siècle.
Le verre ,une fois fondu, est étiré et refroidi. Il peut être coloré avec des oxydes métalliques. Les pièces sont découpées à l’aide d’une pointe de diamant, à partir d’un schéma dessiné par le maître-verrier sur une maquette.On réunit les morceaux avec des baguettes de plomb souples, et l’on ajoute du mastic et de la poudre afin de protéger l’ensemble des intempéries : vent, pluie...
Un vitrail est inséré dans des lancettes élancées surmontées d’un tympan sur lequel on trouve le remplage .Il peut aussi avoir la forme d’une rosace.
Des barres horizontales maintiennent les pièces de verre : les barlotières, traverses de métal, et les vergettes, plus fines. Les jambages de la baie sont en pierre.
Lorsqu’un vitrail est endommagé, on utilise un plomb de casse afin de le réparer.

Le montage en chef d’œuvre désigne la pièce finale ôtée puis insérée dans le vitrail, illustrant le savoir-faire de l’artiste.

A l’époque gothique, les vitraux des églises apportent la lumière et sont didactiques : ils livrent un message aux fidèles.On utilise la grisaille et la sanguine (à base d’oxyde de cuivre) pour peaufiner le dessin.Le jaune d’argent est employé à partir du XVème siècle.Les couleurs sont symboliques : le rouge indique la force ou la brutalité ; le bleu est virginal ou bien associé à la royauté ; le violet est mystique et mystérieux ; le vert symbolise la fertilité ; le jaune correspond à la couleur la plus lumineuse et suggère la richesse, la royauté et la connaissance. A partir de la Renaissance, on peint et on signe les vitraux.

Les vitraux du Chœur de l’église ont été confectionnés par M .Boulanger au XIX ème siècle , maître-verrier à Rouen, et représentent des scènes du Nouveau Testament comme l’Annonciation, la Nativité, l’Adoration des Mages. On observe un montage en chef d’œuvre avec le bijou qui maintient les pans d’un habit.

Voir en ligne : Un site expliquant la fabrication du vitrail